E-réputation et médias sociaux

Mais que veut dire le mot « e-réputation » ?

D’abord une définition de la réputation : elle est la conséquence de ce qui se dit de quelqu’un, quelque chose (objet, marque, entreprise…). En général ce nom ne va pas sans les adjectifs « bonne » ou « mauvaise ». C’est une opinion. Avant le développement du web, cette opinion se construisait par le Bouche à Oreille BàO (discussions privées ou publiques) et par l’écrit (journaux, revues, courriers). L’incidence d’une mauvaise réputation restait limité au cercle d’influence de groupes souvent géographiques.

L’e-réputation est l’opinion transmise sur le web d’une personne, une marque, une entreprise…Elle est partie intégrante de la réputation, y prenant désormais une place déterminante.

Comment le web a modifié l’importance de l’e-réputation ?

Le BàO fabrique toujours l’opinion, mais son moyen de transmission a changé : internet, fantastique véhicule de communication digitale, ne connait pas les frontières naturelles, les cercles d’influence ne sont plus limités à la géographie ou à la langue. L’essaimage de l’information est amplifié par les réseaux sociaux.

Les différences avec le BàO traditionnel :

  • Des informations écrites…gardées en mémoire et ineffaçables !
  • Des informations que l’on peut réactiver très facilement avec les moteurs de recherche du web !
  • Des informations vraies… ou fausses ! qui peuvent créer le buzz, puisqu’elles peuvent être rapidement amplifiés, sans contrôle !
  • La puissance du porteur de voix  dans le web2 : une opinion = 1 voix, à égalité de puissance quel que soit le porteur de voix (à moduler quand même car les « référenceurs » seront plus écoutés). L’internaute doit lui-même hiérarchiser et classer les informations par importance… sans moyen objectif d’analyse !

L’e-réputation construit la majorité de la réputation

  1. Ne pas avoir de profil sur le web n’empêche pas sa e-réputation : les internautes échangent sur des faits, des personnes, des collectivités, des entreprises… contribuant à leur e-réputation.
  2. L’adage qui dit « content, j’en parle à 5 personnes, mécontent, j’en parle à 15 personnes » se vérifie sur le web de façon… exponentielle.
  3. 90% des recherches d’informations s’effectuent désormais sur le web

Pourquoi se préoccuper de sa e-réputation ?

– Parce que l’on peut encore agir pendant la constitution de réputation, pour rectifier des mauvaises informations

– Parce que sa mesure est un baromètre fiable de son impact ou de son image

Tout dirigeant est désormais dans l’obligation d’intégrer la communication digitale dans sa stratégie d’image.

'