Veille numérique

La veille c’est quoi ?

Veiller, comme ne pas dormir, faire sentinelle pour assurer la sécurité, surveiller…

Etre en état de veille, comme être actif , avec les sens en action

La veille,  comme le suivi d’informations et actualités dans un domaine particulier, d’un fait, d’une personne …sur un temps long.

Retenons les idées de : actif, garde, suivi et reprenons l’excellente présentation de Pierre Marige  >>>

La veille passive

Quand nous retenons une information qui nous est communiquée ou recommandée, c’est la conscience que ces informations nous sont utiles qui fait que nous les retenons. Nous ne recherchons pas activement ces informations mais quand elles nous arrivent, nous les consultons avec intérêt : c’est la veille passive.

La veille active

Nous choisissons de surveiller des faits, personnes, domaines d’activité…et effectuons une recherche continue sur le sujet ; la revue de presse, la presse spécialisée sont un exemple de veille active. A noter : le coté fastidieux de l’analyse qui en découle, pour vérifier la véracité de ces informations.

Qu’appelle t-on veille numérique ?

La veille numérique est tout simplement la veille active par le moyen d’internet, au travers des informations qui y sont diffusées.

Quelle différence avec la veille IRL (in the real life) ?

Cette veille numérique ne reprend QUE les contenus internet, avec l’avantage de :

  • accéder à TOUTES les informations très rapidement (merci les moteurs de recherche !)
  • se servir d’outils de recherche automatique , et désormais de tri d’informations par pertinence
  • être informé rapidement sur son retour d’image (numérique !)  et pouvoir réagir rapidement

La veille numérique : comment ça marche ?

La mise en place d’une veille numérique permet de lister les contenus informatifs positifs, neutres ou négatifs sur l’ensemble du web, concernant le sujet surveillé. L’indexation se fait par des mots-clefs, noms…recherchés par les moteurs de recherche (Google pour 80% du trafic)

La veille d’image numérique suit l’étendue et l’évolution de notre visibilité sur le web ainsi que la qualité de notre e-réputation ; nous pouvons alors réagir plus vite à une mauvais image numérique par la production de contenus appropriés.

La veille concurrentielle suit les actualités des concurrents et du domaine d’activité qui nous concerne, nous permettant d’anticiper l’évolution de ce secteur.

Pourquoi faut-il veiller ?

  1. Pour nous : notre e-réputation
  2. Pour les concurrents : connaître leur positionnement…
  3. Pour les clients : répondre à leurs attentes
  4. Pour les fournisseurs : connaître leur stratégie
  5. Pour le monde et son évolution : comportements, techniques, innovations, nouveaux marchés…

Pour partager : sa veille avec celle des autres !

« On est rarement le seul à s’intéresser à un domaine. On peut donc bénéficier de la veille des autres. En suivant les recommandations d’autres veilleurs identifiés, on pourra découvrir des contenus pertinents, et par rebond des ressources continues à suivre. Sur des sites de partage de signets, on pourra repérer des contenus mis en reliefs par des inconnus, et signalés par mots-clés » – source : http://akareup.hypotheses.org/365

Les sources étant très variées … mais non triées et à vérifier, partager sa veille permet aussi de partager la pertinence des contenus et retrouver du temps d’action.

 La veille devient collaborative.

 Mettre en place une veille avec NumiRiS Formation

 

'